Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
A LA UNE FRANCE

Emploi public: la Défense et Bercy à la diète au profit de l'école

Yahoo actu

Emploi public: la Défense et Bercy à la diète au profit de l'école

La Fonction publique sera à la diète en 2013: si l'éducation et la sécurité seront mieux dotées en effectifs, la Défense principalement, et Bercy, devront consentir des sacrifices sur l'autel du maintien à son niveau actuel de la dépense publique.

Les ministères ont reçu jeudi leur "lettre plafond" qui "fixe les autorisations de dépenses de chaque mission de l'Etat", à la suite des derniers arbitrages rendus par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, a annoncé l'Hôtel Matignon.

"Conformément aux orientations" qu'il avait annoncées le 28 juin, "les dépenses de l'Etat pour les années 2013 à 2015 sont stabilisées en valeur au niveau de la loi de finances pour 2012", confirme le chef du gouvernement.

Dans les lettres de cadrage envoyées fin juin aux ministères, M. Ayrault avait fixé des objectifs de baisse des dépenses de fonctionnement de 7% entre 2012 et 2013 et de 2,5% par an des effectifs publics d'ici 2015, hors éducation, justice et sécurité, les trois priorités budgétaires du gouvernement.

Pour éviter toute augmentation de la dépense publique (hors service de la dette et versement des pensions des agents publics retraités), comme le président François Hollande s'y est engagé, "des efforts ont été demandés à tous les ministères". "Les dépenses de fonctionnement de l'Etat, en particulier, sont réduites", selon un communiqué de Matignon.
"Environ 40.000 postes" seront créés dans l'enseignement, la justice et la sécurité "sur trois ans" (2013-2015), dont 11.000 en 2013: 10.000 dans l'Education nationale et l'enseignement supérieur, autour d'un millier dans les secteurs de la justice et de la sécurité (police et gendarmerie).

S'y ajoutent les 2.000 contrats à durée indéterminée, déjà annoncés, créés à Pôle emploi, qui n'appartient pas strictement à la Fonction publique.
Ces créations sont compensées par autant de suppressions.

La Défense est la plus sollicitée avec 7.200 postes en moins, mais cette réduction était prévue par la loi de programmation militaire de 2008, indique-t-on tant à Matignon qu'au ministère de la Défense.
Ce ministère devrait disposer en 2013 d'un budget global de 31,4 milliards d'euros, montant quasi identique à 2012, selon le cabinet du ministre.
Entre 2.000 et 2.500 emplois disparaîtront à Bercy, mais le nombre d'agents des douanes augmentera pour pouvoir vérifier l'application de la taxe poids lourds.
Les ministères du Logement et de l'Ecologie subiront une amputation globale de 1.300 postes.
Le reste, soit un nombre négligeable, viendra des autres ministères.

François Hollande s'était engagé à stabiliser l'emploi public sur la durée du quinquennat.
D'autre part, indique-t-on à l'Hôtel Matignon, les ministères "font un effort" sur les crédits d'intervention, même si "il y a quelques priorités".
Concernant les investissements, le gouvernement, entre autres, "va passer en revue les différents projets, avec leur calendrier, inscrits dans le schéma national d'investissement dans les infrastructures de transports" (Snit) de façon à prévoir "un échelonnement dans le temps".
Six milliards de commandes sont gelés dans le secteur de la Défense.

Si l'on prend en compte également le service de la dette et les pensions, "on est très légèrement en dessous de la stabilité en volume" de dépenses par rapport à 2012, selon la même source.

Le projet de loi de finances pour 2013 et le budget pluriannuel 2013-2015, prévu par la Loi d'orientation des finances publiques (LOLF), seront présentés dans la deuxième quinzaine de septembre en Conseil des ministres avant d'être examinés au Parlement.
Le gouvernement va désormais travailler sur les recettes.

Lu 127 fois
Notez
Rédigé par Yahoo actu le Jeudi 2 Août 2012