Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Dossier à la Une

Feowl : une plate-forme internet pour lutter contre les coupures d’électricité au Cameroun

MFI/RFI

Des journalistes européens et africains s’associent pour mettre en place une plate-forme internet recensant les coupures de courant à Douala. Elle permettra de mesurer l’ampleur du problème, considéré comme un véritable fléau dans la capitale économique du Cameroun. Pour mener à bien cette initiative non gouvernementale, ils comptent sur l’implication des habitants de la ville.


Feowl : une plate-forme internet pour lutter contre les coupures d’électricité au Cameroun

Recenser avec précision l’ampleur des coupures d’électricité à Douala, tel est l’objectif de Feowl. Cette plate-forme internet collectera et analysera les informations envoyées par les habitants victimes de ces pannes énergétiques très fréquentes dans la capitale économique du Cameroun. Une approche innovante qui se veut une première étape pour combattre le problème des délestages, comme on les appelle au Cameroun, et sur lesquels aucune donnée précise n’est disponible.

Ces défaillances techniques aux multiples ramifications économiques et sociales minent la qualité de vie des habitants. La liberté d’expression des citoyens est aussi en jeu, comme le rappelle Julie Owono, membre d’Internet sans frontière et partenaire du projet, car un accès stable à l’électricité est indispensable à l’usage d’internet.
 

Evaluer son approvisionnement en électricité
 
Le projet Feowl, mené par une équipe de journalistes et de développeurs européens et africains, a une devise : «
Ce qui peut être mesuré peut être changé ». Pour répondre aux rapports contradictoires des autorités et au manque d’informations fiables sur la question énergétique en Afrique, l’équipe a imaginé une plate-forme open-source (c’est-à-dire ouverte aux contributions extérieures) sur laquelle les résidents de Douala viendront chaque jour évaluer leur approvisionnement en électricité.

Entre deux coupures de courant, ils pourront utiliser Facebook, Twitter ou leur téléphone pour se connecter et envoyer leurs informations. Les données collectées seront ensuite vérifiées, organisées et rendues publiques par les « datajournalistes », des spécialistes de la collecte et de l’analyse de données brutes.

Avec cette méthode basée sur le crowdsourcing, Feowl entend répondre à des questions très concrètes : combien de temps dure en moyenne une coupure ? Quel quartier est le plus touché ? À quel moment de la journée ? Quelle est l’incidence sur l’activité économique de la ville ?
 

Des causes de délestages multiples

 
Co-piloté par deux pionniers du « datajournalisme » en France, Nicolas Kayser-Bril et Pierre Romera, en partenariat avec Internet sans frontière, Wasamundi et Tesobe, Feowl se veut être avant tout un travail « journalistique d’utilité publique », à destination des ONG et du gouvernement. Actuellement sur place, les deux journalistes font le tour des radios locales pour faire connaître leur idée auprès de la population.

Joint au téléphone par RFI, Nicolas Kayser-Bril explique avoir voulu se rendre compte sur le terrain de l’ampleur et de la nature du problème. Car à la différence des pays occidentaux où une coupure de courant est facilement identifiable, en Afrique, les causes peuvent être multiples. Un défaut d’alimentation du fournisseur (volontaire ou non), tout comme la chute d’un arbre sur une ligne de courant ou bien une panne de disjoncteur de contrebande, peuvent causer ces délestages. Il est donc impossible pour les fournisseurs de courant locaux de mesurer le problème avec précision.

Financé par International Press Institute après avoir gagné un concours international, Feowl devrait lancer sa plate-forme d’open-data en octobre. Objectif, si les résultats sont concluants : étendre leur étude au reste du pays et pourquoi pas en dehors des frontières du Cameroun. Les créateurs du site s’engagent par ailleurs à mettre le code de la plate-forme en accès libre, permettant ainsi à de nouveaux développeurs d’adapter cette méthode pour étudier d’autres carences énergétiques et sanitaires, l’approvisionnement en eau par exemple. Si Feowl réussit son pari, on devrait donc y voir plus clair au Cameroun, au sens propre comme au figuré.

 

Guillaume Gendron

Lu 46 fois
Notez
Rédigé par MFI/RFI le Mardi 17 Juillet 2012