Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Dernière minute

La CGTM déplore la baisse du pouvoir d’achat des travailleurs et appelle au dialogue social

ani.mr

La Confédération générale des travailleurs de Mauritanie(CGTM) a dans un communiqué, dont copie est parvenue à l’ANI, vivement critiqué la dégradation du pouvoir d’achat des travailleurs inhérente à « des hausses cycliques fréquentes » des prix de denrées de base et du carburant.
 
La centrale a souligné la contradiction entre cette situation et les indices macro-économiques « prétendus » être au vert par les pouvoirs publics, estimant que la consommation des ménages des travailleurs mauritaniens est « la plus faible de la sous-région ».
Face à cette situation, la CGTM a appelé les pouvoirs publics à ouvrir un dialogue social et à la correction de la gouvernance socio-économique.
Lisez la déclaration de la CGTM :

Déclaration : CGTM
Le pouvoir d’achat des travailleurs ne cesse de se dégrader à un rythme croissant, car les prix de toutes les denrées de base subissent des hausses cycliques fréquentes et selon des séquences devenues anodines car intervenant quasiment tous les week-ends à travers des augmentations des prix du carburant à la pompe.
Cette situation qui vient aggraver davantage le niveau très alarmant de cette dégradation des conditions de vie et de travail des travailleurs, est devenue insoutenable et frappe de plein fouet les millions de ménages.
En effet, le riz, le sucre, l’huile qui sont les produits de base dont les prix de cessent de s’accroître de plus d’un tiers de leur coût par rapport au début de l’année, et les autres matières comme l’eau, le carburant et l’électricité qui deviennent des produits de luxe presque inaccessibles aux ménages les plus modestes.
Il est inadmissible qu’au moment où les pouvoirs publics affichent une hausse de la croissance avec des indicateurs macro-économiques qu’ils prétendent être au vert, que la consommation des ménages des travailleurs soit l’une des plus faibles de toute la sous région ouest africaine et maghrébine.
Il devient alors une nécessité urgente que la redistribution de cette croissance soit redéfinie en impliquant les partenaires sociaux que sont les syndicats et le patronat à travers des négociations véritables. A la veille du point d’achèvement portant sur l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), que la pauvreté des ménages des travailleurs ne cesse de progresser atteignant dans certaines Wilayas des proportions dramatiques.

La CGTM ne peut pas comprendre, encore moins accepter que, durant la période où le pays se trouve être détenteur des richesses minières les plus demandées avec une exploitation tous azimuts de celles-ci par des multinationales sur la base de contrats de production excessivement juteux pour ces dernières, que la misère des travailleurs s’approfondisse et que leur pouvoir d’achat soit hypothéqué dangereusement.

La CGTM lance un appel à l’Etat afin que la gouvernance socio-économique soit corrigée à travers l’ouverture des négociations sociales avec le syndicat et le patronat pour une meilleure répartition des revenus des richesses nationales. La CGTM rappelle qu’à cet effet, qu’elle a déposé une plate forme revendicative auprès du gouvernement et du patronat depuis le mois d’avril 2012.
La CGTM appelle les travailleurs à se mobiliser davantage pour lutter contre la dégradation sans précédent de leur pouvoir d’achat et pour arracher leur dignité.
Source; CGTM
Lu 102 fois
Notez
Rédigé par ani.mr le Lundi 20 Août 2012