Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Dossier à la Une

Polémique en Espagne à propos de l’accord de pêche mauritano-européen.

Ciesma Mauritanidees

 Polémique en Espagne à propos de l’accord de pêche mauritano-européen.
Dans son éditorial, la revue spécialisée industrias y Pesqueras, intitulé," l’Espagne évalue négativement l’accord de pêche mauritano-européen", explique, par l’absence de clause autorisant la pêche de la langouste, le vote opposé à la signature de l’accord de pêche, de la part du ministère espagnol de l’agriculture , de l’alimentation et de l’environnement, ainsi que l’obligation aux bateaux de pêche européens d’embarquer jusqu’à hauteur de 60% le nombre de travailleurs mauritaniens à bord de leurs bateaux. Les espagnoles contestent également le contrôle satellitaire et l’approvisionnement en carburant à partir d’une société basée en Mauritanie, prévus par l’accord.

Le ministère en question, conclue son attitude par la remarque : « malgré l’opposition de l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne de céder aux exigences de la partie mauritanienne, la commission qui pilotait les négociations, a signé cet accord en évoquant des raisons étrangères, semble t-il, à la pêche des poissons ».

De son coté, le journal Efeagro souligne que l’Espagne s’oppose à l’accord de pêche avec la Mauritanie. Elle remarque que 60% des bateaux de pêche espagnoles ont cessé de pêcher dans les eaux mauritaniennes à cause de ce nouvel accord. Le journal espagnol révèle que l’accord pourrait être modifié en faveur d’une augmentation de la flotte espagnole de 24 bateaux spécialisés dans la pêche à la langouste, domaine exclu de l’accord préliminaire.

Pour sa part le journal Galicia fait remarquer que l’Espagne demande la modification de l’accord de pêche. Il souligne l’opposition du ministre de l’agriculture à l’accord de pêche, qu’il qualifie de défavorable aux espagnoles. Il soutient que les espagnoles travailleront pour diminuer les effets pervers de cet accord malgré qu’il bénéficie du soutien de l’Union Européenne.

Le journal ABC relève que l’accord diminue le nombre de bateaux de pêche de 110 à 70 bateaux alors que l’Espagne n’utilise que 60 bateaux. Le même journal publie une déclaration incendiaire de la Confédération Espagnole de Pêche sous le titre « des conditions qui laissent à désirer », dans laquelle elle critique sévèrement l’accord de pêche et qualifie d’obscures les conditions dans lesquelles l’accord a été signé ; le journal considère en fin, que « c’est l’accord de pêche le plus défavorable, jamais signé par l’Espagne avec le Tiers Monde ».

Le journal ABC publie l’appel du secrétaire général des pêcheurs espagnoles , appelant ses collègues à multiplier les réunions d’évaluation de l’accord de pêche pour mettre à nu ses véritables dessous.

TAQADOUMY
Lu 114 fois
Notez
Rédigé par Ciesma Mauritanidees le Lundi 20 Août 2012