Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Actualités Mauritanie

Scène Politique:Des voix de partout



Scène Politique:Des voix de partout
La crise politique qui fait rage depuis l’élection de Mohamed Ould Abdel Aziz  peine à être contenue. Le dialogue, revendication tant réclamée par la Coordination de l’Opposition Démocratique (C.O.D), pourtant amorcée entre une partie de celle-ci et la majorité, et ayant abouti à des réformes jugées, par les participationnistes, comme significatives, a cristallisé davantage les antagonismes. Le fossé se creuse progressivement entre Mohamed Ould Abdel Aziz et la C.O.D. Celle-là, elle ne propose comme solution que deux mots: ‘’Dégage Aziz.’’ Le président de la République, quant à lui, il en suggère deux autres. “Reste Aziz.’’

Entre ces deux extrêmes, les citoyens sont livrés à leur tristes sorts, faits de sécheresse qui ne finit pas, d’une facture hydrocarbure qui ne cesse de s’accroître, d’une absence totale d’une administration publique soucieuse ou consciente de quoique ça soit, d’une insécurité aux confins des frontières, d’un atermoiement à la saint glinglin des échéances électorales, entre autres déboires et contreperformances de la Mauritanie Nouvelle, qui, visiblement, n’est qu’une mauvaise caricature de l’ancienne.


Entre les deux extrêmes…


Entre ces deux extrêmes, il y a aussi des voix. D’autres voix qui s’essaient de se faire entendre. D’autres voix qui ambitionnent de ramener la paix dans les esprits et les âmes des uns et des autres. Parmi ces prédicateurs de la paix, il y a Messaoud Ould Boulkheïr, Président de l’Assemblée Nationale, de l’Alliance Populaire Progressiste et partisan croyant au dialogue avec le pouvoir. Un autre tente également de se donner de la voix, dans ce cadre, en l’occurrence, Cheikh Sid’Ahmed Ould Babamine.
Ould Boulkheir a déjà fait le tour des principaux partis de la C.O.D, sa randonnée continue, pour rencontre cette fois-ci les formations de la majorité. A la C.O.D on aimerait bien faire comprendre à cet ancien compagnon de lutte qu’il est le bienvenu, parmi eux. Tout comme est la bienvenue toute proposition de paix dont il l’initiateur. Mais, on aimerait, autant, lui faire comprendre qu’il y a un souci de crédibilité. Crédibilité dont souffre le premier citoyen du pays, Mohamed Ould Abdel Aziz. On veut bien ménager Messaoud, sans pour autant se faire avaler une énième couleuvre de Mohamed Ould Abdel Aziz. 
Porteur de l’initiative Appel Pour la Nation, Cheikh Sid’Ahmed Ould Babamine n’a pas pu bénéficier de l’audience présidentielle. Mohamed Ould Abdel Aziz serait bien disposé à rencontrer la personne de Babamine, mais pas ‘’initiateur’’ d’un projet de médiation politique. Par contre les initiateurs ont fait le tour de tous les protagonistes, hormis Mohamed Ould Abdel Aziz. Babamine propose un gouvernement d’union nationale consensuel, de technocrates, peut-être, qui prendrait en charge la gestion transparente des échéances électorales futures. Et conduire le pays, par la suite vers un système démocratique, véritablement démocratique. Qui n’est plus le système actuel. Un peu mâtiné, selon Babamine, parce qu’il n’est ni une dictature, ni une démocratie.

Dictature ou démocratie, en tout cas les deux principaux rivaux poursuivent, chacun son propre agenda. Ould Abdel Aziz a déjà mis en place le bureau de la CENI. La COD, quant à elle, fixe d’autres rendez-vous. Après une trêve de quelques semaines, la COD envisage faire une opération d’éclat, le samedi 23 juin prochain. Une marche, un sit-in. Du déjà vu. Ou, peut-être pas. De l’inédit. On verra.

Un autre allié de la C.O.D, celui que Mohamed Ould Abdel Aziz considère, la vraie opposition, Ely Ould Mohamed Vall s’active, sur plusieurs créneaux. Beaucoup de mouvements de jeunes se réclamant de l’ancien patron du CMJD multiplient rencontres sur rencontres, pour repenser, disent-ils, une meilleure Mauritanie. Ely continue, parallèlement, à revisiter son carnet d’adresses international.

A la situation intérieure, on ne peut plus confuse, se greffent de graves menaces sécuritaires sur les frontières maliennes. En outre, nos relations diplomatiques avec certains voisins connaissent, en ce moment, quelques difficultés liées à l’exigence des ressortissants des pays voisins de se doter d’une carte de séjour, en contrepartie, obligatoirement, du versement de trente mille ouguiyas. Un montant excessif pour des ressortissants faits essentiellement d’individus exerçant de petits métiers.
Il y a comme un croisement de défis multiformes qui pointent à l’horizon. Aux grands maux, les grands remèdes. On serait tenté d’ajouter : Aux grands hommes!

AVT

Lu 235 fois
Notez
rmibiladi.com
Rédigé par rmibiladi.com le Vendredi 22 Juin 2012
mauritanidees.fr est un site d'échanges et d'information créé par des français et des mauritaniens, réunis en association. L'association CIESMA, centre d'information et d'études stratégiques sur la Mauritanie, se veut un espace de rencontre et de promotion du dialogue interculturel. Mauritanidees est un site sur l'actualité mauritanienne, africaine et française. Des analyses pertinentes sur la situation de la zonesahélosaharienne s'y retrouvent régulièrement.