Nous suivre @mauritanidees
RT @VegetaMoustache: #LT nouvelle vidéo d'#AQPA via al-Malahim:"une communauté, droits et devoirs #2 - Harith Ibn Ghazi al-Nadari" http://t…
Vendredi 31 Octobre - 15:07
RT @ntrjack: Entre lundi et vendredi (5 jours) on a mis fin à une dictature de pas loin de 3 décennies. À méditer. #Cameroun #Burkina #Lwili
Vendredi 31 Octobre - 15:04
RT @vincentduhem: #Burkina RT @lesikanel: Pô est la ville qui abrite les Commando parachutistes dirigés par Tiendrébé fidèle de Blaise. #lw…
Vendredi 31 Octobre - 15:01
RT @Marsad_Tunisie: Lecture des résultats des législatives-Un paysage politique en métamorphose http://t.co/cf5pGk9GTP http://t.co/fTap51Hq…
Vendredi 31 Octobre - 14:51
Mauritanie / Maroc : Plus de Passion que de Raison ! http://t.co/HkfV7vkVXm
Vendredi 31 Octobre - 13:56
Editorial de la semaine de Biladi http://t.co/29RPsQkjek
Vendredi 31 Octobre - 13:56
Rentrée politique au FNDU : On se donne le temps… http://t.co/c6T3OHNEyI
Vendredi 31 Octobre - 13:56
RT @AbouDjaffar: Sortez de là et donnez de vos nouvelles ! #maisondelaradio
Vendredi 31 Octobre - 12:52

France-Afrique - 15/10/2014

Monde : actualités - 18/09/2014

France : économie - 03/10/2014




Suivre les nouveautés du site




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Sélection Presse

Sommet de l'OTAN : Un plan de sortie d'Afghanistan


Le sommet de Chicago a entériné le retrait progressif jusqu'à la fin 2014 des quelque 130 000 soldats déployés en Afghanistan, plus de dix ans après le début de la guerre engagée en réaction aux attentats du 11-Septembre. L'Alliance atlantique se défend de « déserter » et affirme vouloir continuer à apporter son aide au pays.



Sommet de l'OTAN : Un plan de sortie d'Afghanistan

Pour l'Otan, le retrait des 130 000 soldats déployés en Afghanistan est désormais « irréversible ». A l'issue d'une réunion de deux jours à Chicago, aux Etats-Unis, l'Alliance atlantique a entériné le plan de retrait de ses troupes à l'horizon 2014. Et ce, plus de dix ans après le début de la guerre engagée en réaction aux attentats du 11 septembre 2001. « Les Afghans ne seront pas laissés seuls », assure néanmoins le président américain Barack Obama, appuyé par son allié, le Premier ministre britannique David Cameron, qui certifie qu'il n'a pas, avec ses alliés, l'intention de « déserter ».

Une cinquantaine de pays sont actuellement engagés sur ce terrain d'opérations toujours instable. Présent à Chicago, le président afghan Hamid Karzaï a dit souhaiter pour sa part que l'Afghanistan « ne soit plus un fardeau sur les épaules de nos amis de la communauté internationale ».

 

A l’origine, une mission d’assistance à la sécurité

 

L’OTAN sort-elle renforcée de ce sommet ? Si l’on se réfère au sommet précédent, il y a dix-huit mois, à Lisbonne (Portugal), on est juste dans la consolidation de ce qui était déjà annoncé. L’objectif, était déjà d’inciter les membres de l’Alliance à coopérer, à mutualiser les moyens pour faire front contre la crise, réduire les dépenses sans affaiblir l’Organisation. Cet objectif est aujourd’hui réaffirmé.

Autre sujet de préoccupation des participants : le bouclier antimissile destiné à protéger l'Europe. En l'absence de la Russie, opposée à ce projet, les débats étaient faussés mais l'alliance a tout de même officialisé la première phase de cette opération. Pour le président des Etats-Unis, Barack Obama, ce système n'est pas conçu contre les intérêts russes et, pour sa mise en place, nous comptons sur la coopération de Moscou, a-t-il dit en substance.

Sur ce grand projet d’avenir de l’OTAN, on a surtout visé à ne pas faire entendre de voix discordante. Le projet entre donc dans une nouvelle phase en se dotant de moyens d’interception de missiles, comme prévu, mais du fait de l’absence de Vladimir Poutine et de la très grande méfiance de Moscou à l’égard de ce projet, l’on ne peut pas dire que la question ait beaucoup avancé.

Mais le sujet qui a vraiment monopolisé l’attention a été l’Afghanistan. Le scénario de sortie de crise est en train de s’écrire, mais il reste beaucoup d’inconnues car les alliés sont loin d’avoir toutes les cartes en main. La date de 2013 est présentée comme un tournant majeur avec la fin des opérations de combat pour la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS). Accélération du calendrier ? Tout le monde a pris soin à Chicago de montrer qu’il s’agit d’un retrait en bon ordre. En fait, 2013, c’est l’entrée dans une phase de soutien et non plus de combat. Parce qu’il s’agit d’un engagement de dix ans, on oublie qu’à l’origine, la mission ne devait pas prendre cette tournure. C’était une mission d’assistance à la sécurité. Mais ce sont les actions des insurgés, la montée en puissance de l’insurrection qui l’a entraînée dans de véritables missions de combat. Les 50 pays de cette coalition décident de mettre un terme à ce type d’opération, mais l’environnement n’a pas vraiment évolué en faveur du pouvoir afghan. Les responsables de l’OTAN font le pari, cette fois, d’une montée en puissance de l’armée afghane à l’horizon 2014 : elle devrait compter 350 000 hommes. En fait, tout repose sur son aptitude à prendre les choses en main sur l’ensemble du territoire.

 

RFI / Avec Sophie Malibeaux

Lu 160 fois
Notez

Dans la même rubrique :
1 2
MFI/RFI
Rédigé par MFI/RFI le Jeudi 24 Mai 2012

Dernière minute | Dossier à la Une | Actualité à la Une Mauritanie | Actualités Mauritanie | Mauritanie : Musique et culture | Actualités Afrique | Actualités à la Une Afrique | Environnement | Afrique : économie | Maghreb actualités | A LA UNE FRANCE | Billet d'humeur | France-Afrique | Actualités France | Monde : actualités | Sélection Presse | Politique ... en Bref | Cinéma | Lectures, Ecritures | Les Edito de Sid'Ahmed | Matières premières | Mauritanie | Archives présidentielles 2009 | Interview du mois | Dédicace | Qui sommes-nous ? | Vidéos | Actualités françaises

Recherche personnalisée